Yama, un code de vie éthique et moral

Les 5 Yamas, abstentions d’ordre social qui doivent être approchées comme des voeux et non pas comme des devoirs. De votre plein grès, vous choisissez à tout moment et lieu de vous abstenir de voler, mentir, de vous laisser diriger par vos sens, d’être violent et de posséder que ce soit dans les actes, les paroles ou la pensée.

Qu’est ce que Yama?

Yama est un précieux guide pour mener une vie consciemment honnête et éthique. Elle est la façon dont se comporte le Yogi face aux autres et au monde. Elle vous permet de transformer l’énergie négative en positive et a cultiver un sens profond et durable de paix. Yama fait partie des 8 membres du Yoga et elle contient 5 Yamas.

paix

Présentation des 5 Yamas:

Ahimsa

La pratique de la non-nuisance et non-violence physique, mental et émotionnelle.  Vous devez être conscient de vos travers, de ceux de la société et de la source de cette violence.  De simple petites paroles, anodines, acceptées socialement de tous sont parfois imbibées de violence. Lire les oeuvres d’Alice miller vous feront prendre conscience de la violence educative ordinaire et du pourquoi de la violence dans ce monde.

Le langage de tout les jours peut être vecteur, involontaire, de violence. Par exemple,  vous pouvez offenser votre interlocuteur en utilisant une conjonction comme « mais ». En adoptant une éthique du langage vous améliorerez grandement votre relation aux autres . Un livre comme « Paroles toxiques, paroles bienveillantes » de Michel Lacroix peut être intéressant à lire.

À un niveau plus profond, la pratique du Yoga fait que Yama Ahimsa une conséquence naturelle plus qu’un processus conscient. Soyez simplement gentil, accepter les situations, vous-même et les autres, pardonnez.

Satya

Pratiquer ce Yama, c’est être vérace, sincère. Rapporter les choses telle qu’elles sont et non telle que l’on souhaite qu’elles soient. Soyez bienveillant et claire lorsque vous parlez.

Nous filtrons nos experiences présentes au travers nos experiences passées et nous expectations du futur, en d’autre terme: via nos goûts, nos désirs et nos émotions. Cela peut créer des distortion cognitive, c’est à dire créer une vision tordu de la réalité. Il est difficile d’être impartial, objectif sans prendre un peu de recule. Pratiquer la méditation mindfulness pourra vous aider à comprendre les mécanismes des émotions (derriere chaque peur il y a 1 pensée) et comment en être conscient et / ou vous en défaire. Tout en pratiquant la meditation vous apprendrez à être plus honnête non seulement avec les autres, mais vous serez aussi plus authentique avec vous-même.

Asteya

3 ième Yama est de ne pas voler ou plus exactement ne pas prendre ce qui n’est pas librement donné. Cela implique aussi le fait d’inciter quelqu’un autre à le faire. Les objets physiques ne sont pas les seuls concernés, les faveurs émotionnelles, les informations sont aussi concernées. Donc non à la manipulation, oppression, exploitation, injustice sociale.

Faite des dons désintéressés, n’attendez rien en retour. Offrez du temps, une oreille, de la nourriture, votre aide, un peu d’argent si vous le souhaitez. La richesse est un état d’esprit.

Brahmacharya

yamaCe Yama demande de modérer vos sens, de tourner votre esprit vers l’intérieur en sélectionnant avec soin ses activés avec le monde extérieur. Ne plus être esclave de nos sens nous conduit à nous libérer de nos dépendances et aux excès.

Intégrer la modération dans vos activités et apprendre à conserver, à ne pas gaspiller votre énergie. Limitez vos activités sensuelles en restant engagé et fidèle à 1 partenaire avec la/lequel vous avez une relation qui est mutuellement favorable. Choisissez consciemment vos lectures, films, activités et personnes avec vous passez du temps de sorte que l’interaction  soit positifs pour vous et qu’elle ne vous pompe pas votre énergie.

Aparigraha

Pratiquer ce Yama nous aide à établir une relation équilibré avec les choses et autrui en s’abstinent de posséder. Lorsque nous possédons un sentiment d’anxiété apparait, l’expectation, la peur de perdre ce qui est possédé, on personnalise ce qui est possédé. Émotionnellement dépendant, nous sommes à notre tour possédés. Ainsi, nous perdons la capacité de voir notre véritable Soi, d’être ouvert, d’être prêt à comprendre nos besoins et de les accueillir. En pratiquant ce Yama l’on gagne en discernement, nous agissons de manière plus consciente et vivons une plus relation saine avec les autres.

Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l’appel de la vie à elle-même. Ils viennent au monde à travers vous et non pas de vous. Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran